La bourse McDonald 2006-2007 - Devlin

Dre Angela Devlin
Université du Colombie-Britannique 
 
Les femmes enceintes savent qu’elles se nourrissent pour deux, mais de quelle façon ce régime partagé affecte-t-il la santé à venir de l’enfant? La chercheure en pédiatrie Dre Angela Devlin étudie comment l’alimentation d’une femme pendant sa grossesse peut influencer l’activation ou la désactivation des gènes de l’enfant qu’elle porte. Ces gènes sont susceptibles de déterminer les risques à venir de l’enfant quant aux maladies du cœur ou aux accidents vasculaires cérébraux (AVC).
 
Récemment, des études ont été entreprises afin de savoir de quelle façon notre alimentation affecte le fonctionnement de nos gènes. Dre Devlin, professeure adjointe à l’Université de Colombie-Britannique, étudie l’acide aminé appelé homocystéine, dont des taux élevés sont associés à un plus grand risque de maladies du cœur et d’AVC. Si l’alimentation de la mère occasionne une augmentation des taux de cet acide aminé dans son organisme en cours de grossesse, le développement des tissus cardiaques de l’enfant à naître pourrait en être affecté et cela pourrait favoriser l’apparition de futures maladies cardiovasculaires.
 
En levant le voile sur les interactions qui risquent de provoquer de tels résultats, Dre Devlin espère faire la lumière sur l’interaction entre l’alimentation et la génétique, et ses effets sur les risques associés aux maladies cardiovasculaires. En bout de ligne, ces découvertes pourraient mener à de nouvelles méthodes permettant d’établir les probabilités que de tels problèmes surviennent. À plus court terme, Dre Devlin aimerait pouvoir améliorer les conseils à donner aux femmes quant à l’alimentation qu’elles devraient adopter en cours de grossesse.
 
La Fondation des maladies du cœur félicite Dre Devlin, qu’elle est fière d’appuyer, pour ses travaux exceptionnels.

 

French