Fonds de recherche innovatrice et exploratoire de la Fondation des maladies du cœur du Canada

Dr. Khosrow Adeli
Hospital for Sick Children

Et si c’était possible?

Un nouveau fonds de la Fondation des maladies du cœur permet aux plus brillants chercheurs d’explorer des idées nouvelles pour combattre les maladies 
 
Frederick Banting a prouvé que, parfois, il suffit de suivre son intuition. Il avait eu l’idée d’isoler une partie du pancréas et, enfermé dans un laboratoire sous la chaleur torride de l’été 1921 avec son assistant Charles Best, il a découvert l’insuline. Moins d’un an après sa découverte, le diabète n’était plus une condamnation à mort pour des millions de personnes. 
 
La Fondation des maladies du cœur du Canada (FMCC) a toujours appuyé les travaux imaginatifs et innovateurs personnifiés par Banting et Best. Ce soutien vient de prendre forme officiellement avec la création du Fonds de recherche innovatrice et exploratoire de la Fondation des maladies du cœur, qui permettra à nos chercheurs les plus reconnus de suivre leurs intuitions les plus prometteuses.  
 
« Nous savons que ces chercheurs sont brillants, parce que nos comités d’examen les considèrent comme des sommités dans leur domaine, dit Linda Piazza, directrice de la recherche à la FMCC. Nous leur donnons la chance de poursuivre une idée qui, si elle s’avère exacte, pourrait changer le monde. » 
 
Cette bourse d’une durée d’un an permettra à des esprits innovateurs de mettre des idées audacieuses et nouvelles à l’essai. Trois bourses ont été décernées cette année. 
 
Dr Khosrow Adeli, professeur de biochimie clinique à l’Université de Toronto et chef de division à l’hôpital Hospital for Sick Children, a une idée sur la façon d’empêcher l’organisme d’absorber le fructose, un édulcorant à base de fruits largement utilisé dans la préparation d’aliments et de boissons. 
 
Les médecins croient qu’une trop grande consommation de fructose peut entraîner une résistance à l’insuline et déclencher le diabète de type 2. Dr Adeli propose comme hypothèse qu’en empêchant l’absorption du fructose dans l’intestin, on peut enrayer la résistance à l’insuline et prévenir l’obésité, l’augmentation des taux de triglycérides (un type de gras présent dans le sang), l’élévation des taux de « mauvais » cholestérol et l’augmentation des risques de maladie coronarienne. Dr Adeli désire mettre à l’épreuve sa théorie en utilisant un analogue du fructose, soit une substance semblable mais non identique, pour tromper l’intestin et lui faire ignorer le véritable fructose. 
 
Au meilleur de la connaissance de Dr Adeli, personne n’a tenté cette expérience dans le passé. Si elle s’avérait concluante, elle pourrait mener au développement d’additifs alimentaires ou de produits pharmaceutiques susceptibles de réduire les dommages attribuables à une trop grande quantité de fructose dans l’alimentation. 

 


 
French