Des chercheurs de Halifax ont reçu du financement pour étudier comment les programmes de modification des habitudes de vie peuvent réduire les risques d’AVC éventuels


Halifax (22 juin 2009) – Financé en partenariat avec la Fondation des maladies du cœur, un tout nouveau projet de recherche mené en Nouvelle-Écosse évaluera si un programme intensif d’éducation et d’activité physique de 12 semaines peut réduire les facteurs de risque chez les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC) bénin ou sans séquelles invalidantes. 

L’équipe de chercheurs dirigée par la physiothérapeute de Dalhousie University, Dre Marilyn MacKay-Lyons, et le neurologue, Dr Gord Gubitz, du Queen Elizabeth II Health Sciences Centre, se penchera sur la prestation opportune des stratégies de prévention. 
 
« En découvrant quelles modifications des habitudes de vie, en particulier l’activité physique, l’alimentation et l'observance du traitement, sont efficaces afin de réduire les facteurs de risque cardiovasculaires, nos recherches aideront les personnes ayant subi un AVC bénins à éviter d’en subir un nouveau, possiblement plus important et plus invalidant, affirme Dre MacKay-Lyons. L’impact de ces nouvelles connaissances pourrait être significatif, étant donné que 50 000 AVC surviennent au Canada chaque année. »  
 
Cette équipe de chercheurs est une des trois au Canada à recevoir environ 600 000 $ en financement spécial au cours des trois prochaines années dans le cadre de l’initiative de recherche sur les services et soins de santé en prévention des AVC secondaires, un partenariat dirigé par la Fondation des maladies du cœur auquel participent le Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires et les Instituts de recherche en santé du Canada.
 
« Des projets comme celui-ci, combinés à l’engagement de la province pour l’implantation d’une stratégie contre les AVC à long terme, contribueront à améliorer le bilan de santé des Néo-écossais ainsi que les Canadiens et Canadiennes ayant subi un AVC, dit Elaine Shelton, coprésidente-directrice générale par intérim et directrice de la Promotion de la santé de la Fondation des maladies du cœur de la Nouvelle-Écosse. 
 
Ce projet novateur d'une durée de trois ans - intitulé Program of Rehabilitative Exercise and Education to avert Vascular Events after Non-disabling stroke and Transient ischemic attack (PREVENT) – comprend des stratégies reconnues afin d’améliorer la réduction des facteurs de risque, prévoit la comparaison entre les milieux urbains et ruraux où la mortalité pour cause cardiovasculaire est particulièrement élevée et compare les coûts de santé afin de déterminer si PREVENT est un instrument rentable et viable. 
 
« Les AVC de moindre ampleur et sans séquelles invalidantes sont d’importants signaux d’alarme qui ne devraient pas être négligés, mais les survivants sont souvent inconscients des dangers auxquels ils font face ainsi que des changements qu’ils doivent apporter afin de réduire leurs risques éventuels d’AVC, de crise cardiaque et de décès, dit le Dr Gubitz. Cependant, si le projet démontre une réduction des facteurs de risque de façon économique, ses résultats pourraient servir à soutenir l’amélioration des soins dans l’ensemble de la Nouvelle-Écosse et du Canada. »
 
Le projet porte sur 464 sujets néo-écossais ayant subi des AVC bénins ou sans séquelles invalidantes. Ils seront assignés soit à un groupe d’activité et d’éducation dans leur milieu soit à des visites en clinique afin d’évaluer leur santé, de les conseiller et de les éduquer. Les participants seront évalués au départ de l’étude, après 12 semaines et lors d’un suivi entre six et 12 mois après l'étude. 
 
L’équipe de recherche mesure, entre autres, la pression artérielle, les taux d’activité physique, et les habitudes de tabagisme après 12 mois. L’équipe aura aussi recours à des questionnaires portant sur la dépression et la qualité de vie.
 
Les AVC représentent une des principales causes de décès et d’invalidité en Nouvelle-Écosse. Chaque année, environ 1 500 Néo-Écossais subissent un AVC. Parmi les survivants, plus de la moitié ont besoin d’aide-permanente pour s’occuper de leurs tâches quotidiennes. La Fondation des maladies du cœur de la Nouvelle-Écosse a dirigé le développement d’une stratégie d’AVC qui met l’accent sur la prévention, les soins avancés, la réadaptation et l’amélioration de la qualité de vie. La Fondation a défendu efficacement les intérêts de la stratégie en s’assurant de son adoption par le gouvernement de la Nouvelle-Écosse.
 
Renseignements :
Amy Totten
Fondation des maladies du cœur de la Nouvelle-Écosse
902-423-7682 poste 343 /
 

Fondation des maladies du cœur de la Nouvelle-Écosse

Organisme bénévole de bienfaisance en santé, la Fondation des maladies du cœur mène la lutte vers l’élimination des maladies du cœur et des accidents vasculaires cérébraux (AVC), en contribuant activement à l’avancement de la recherche et sa mise en application, la promotion de modes de vie sains et la représentation auprès des instances responsables des politiques de santé
 

Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires 

Le Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires - un des Réseaux de centres d'excellence du Canada - réunit dans des rapports uniques de collaboration des chercheurs, des étudiants, les gouvernements, l'entreprise et le secteur sans but lucratif. Le Réseau compte plus de 100 chercheurs dans 24 universités à l'échelle du pays.
 

Instituts de recherche en santé du Canada

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) sont l'organisme de recherche en santé du gouvernement du Canada. Leur objectif est de créer de nouvelles connaissances scientifiques et de favoriser leur application en vue d'améliorer la santé, d'offrir de meilleurs produits et services de santé et de renforcer le système de santé au Canada. Composés de 13 instituts, les IRSC offrent leadership et soutien à plus de 13 000 chercheurs et stagiaires en santé dans tout le Canada. www.irsc-cihr.gc.ca
 
Projets financés par l’entremise de l’Initiative sur les services et soins de santé en prévention secondaire des AVC 
  • Alberta Stroke Prevention in TIAs and Mild Strokes
    Chercheurs principaux : Coutts, Shelagh B. (Calgary University) et Jeerakathil, Thomas J. (University of Alberta)
    Financement : 600 000 dollars
     
  • Program of Rehabilitative Exercise and Education to avert Vascular Events after Non-disabling Stroke or Transient ischemic attack
    Chercheurs principaux : MacKay-Lyons, Marilyn J. (Dalhousie University) et Gubitz, Gordon J. (Queen Elizabeth II Health Sciences Centre)
    Financement : 598 775 dollars
     
  • A Natural Experiment in Rapid TIA Care with Knowledge Transfer and Exchange
    Chercheurs principaux : Penn, Andrew M. W. (Vancouver Island Health Authority) et Maclure, Malcolm (University of Victoria)
    Financement : 599 146 dollars

     

French